José Anibal et Jésus Escobar de Castillo

José Anibal Castillo et sa conjointe Jésus Escobar de Castillo sont tous deux originaires du Salvador. Depuis leur arrivée à Baie-des-Sables, ils ont su, par leur gentillesse et leur implication, se frayer une place au sein de leur communauté d’accueil.

Quand la guerre civile éclate au Salvador. José Anibal, déjà marié et père d’une fille de 2 ans, voit sa vie basculer. En 1982, son frère est assassiné, lui est enlevé, puis torturé. Par le plus grand des miracles, il s’en sort vivant, mais sa vie est en danger et il fuit au Mexique. S’en suivent alors deux années difficiles où, loin de sa famille, il entame des démarches pour obtenir l’asile politique au Canada. Il choisit le Québec comme milieu de vie, un peu par hasard, grâce à une de ses connaissances au Mexique.

En 2009, leur fille aînée déménage à Métis-sur-Mer. José Anibal et Jésus viennent fréquemment la visiter et ils trouvent par hasard une maison à vendre à très bas prix à Baie-des-Sables. Après quatre années de travaux, ils y emménagent. Ils trouvent tous les deux un poste à temps partiel à la Résidence des Sables, ce qui convient parfaitement à leur vie préretraite.

En août 1985, José Anibal arrive à Montréal « avec 20$ en poche » et toute une vie pleine d’espoir à construire. Il est immédiatement pris en charge par les services d’immigration. Pendant cinq mois, il apprend les bases du français, puis il décroche son premier emploi de boulanger. José avait une motivation sans borne : il voulait économiser assez d’argent pour que sa femme et sa fille puissent venir vivre avec lui. « Je ne les avais pas vus pendant quatre ans, c’était dur! ». Deux ans après son arrivée, sa famille le rejoint enfin à Montréal.

Ce nouvel emploi amène son lot de défis. « Ça nous a pris quatre ans pour apprendre et comprendre les expressions d’ici, même après près de trente ans à Montréal. Les gens étaient très surpris qu’on travaille à la résidence. Ils nous demandaient d’où venait notre accent et surtout pourquoi on avait laissé notre pays. » raconte José. Puisqu’ils sont les seules personnes originaires du Salvador vivant à Baie-des-Sables, ils sont en quelque sorte devenus les ambassadeurs de leur pays et sont très connus ici.

« Au début, ça a pris du temps avant que les résidents s’habituent à leur accent et développent une relation de confiance. Maintenant, ils se sont attachés à eux et quand ils voyagent au Salvador, ils s’ennuient des blagues de José! » confie avec sourire Diane Beaulieu, directrice de la résidence de la Baie.

En 2014, la municipalité organise une rencontre d’accueil et remet un cadeau à tous les nouveaux arrivants installés à Baie-des-Sables. Le couple dit avoir apprécié cet accueil chaleureux et officiel de la municipalité!

Bien que José et Jésus aient vécu de nombreuses années au Québec avant d’arriver à Baie-des-Sables, ils n’avaient jamais pratiqué d’activités d’hiver. Depuis qu’ils sont ici, ils ont découvert la raquette. « On s’en va chez un ami à Saint-Damase, qui trace les pistes. Ici, on nous appelle la famille de marcheurs. Quatre à cinq fois semaine on marche le long de la rue principale. Tout le monde nous connait. On m’a même déjà demandé d’être conseiller municipal!»

Nul doute que le couple Castillo chéri sa nouvelle vie à Baie-des-Sables. Ils apprécient la proximité avec Rimouski qui leur permet de continuer à manger les plats traditionnels du Salvador, tout en profitant du calme que leur offre la vie le long du fleuve. « On a été bien reçus et on est heureux ici ! »

Rédaction : SANAM
Photos en extérieur : Atelier Camion
Autres photos : Gracieuseté de José Anibal Castillo et Jésus Escobar de Castillo

Témoignages en emploi  |  Ils ont choisi La Matanie  |  Qui sommes-nous  Remerciements