Jitt Sawan

Jitt Sawan, 65 ans, est originaire de la Thaïlande et est installée depuis 11 ans à Sainte-Paule avec son conjoint Pierre Cantin. Après plusieurs années, elle peut enfin affirmer qu’elle s’y sent bien. Au début, ce changement de vie n’a pas été si simple, mais Jitt s’est donné la chance de découvrir ce nouveau milieu et de l’apprivoiser. Aujourd’hui, elle est fière du chemin parcouru !

Les trois premières années ici ont été très dures pour Jitt et elle a pensé retourner en Thaïlande à maintes reprises. La barrière de la langue, le peu d’activités pour nouveaux arrivants, le choc thermique et les différences culturelles n’ont pas facilité son intégration. « Il y a 10 ans, il n’y avait pas de cours de francisation, explique Pierre. J’ai dû l’inscrire à un cours de jardinage avec les personnes âgées pour qu’elle rencontre du monde. Peu de personnes à Sainte-Paule parlaient anglais à cette période, c’était dur! »

Quand les cours de francisation ont débuté à Matane, Jitt a enfin pu tisser des liens avec de nouvelles personnes et participer à des activités pour les nouveaux arrivants. Mélanie Gagné, professeur en francisation depuis 2017 la décrit comme étant une élève attachante, généreuse et surtout impliquée dans sa classe. « C’est un rayon de soleil! Un jour, elle est arrivée avec un sac de poissons entiers congelés, pour accueillir de nouveaux élèves. On a trouvé son attention tellement touchante, rigolote et originale! »

Jitt Sawan est née dans la ville de Nakhom Phanom qui signifie « ville de montagne ». Bien qu’aujourd’hui, elle soit une femme souriante et enjouée, son enfance a été remplie d’épreuves. Elle est maintenant capable d’en parler ouvertement « Je suis orpheline et j’ai été élevée par ma grand-mère, dans la famille la plus pauvre du village. À 6 ans, je ramassais les ordures pour les revendre et me nourrir.

Vers la vingtaine, Jitt a été forcée de laisser derrière elle ses deux enfants pour vivre au Laos. Elle a appris l’anglais, a ouvert un restaurant. De retour en Thaïlande, elle s’est installée dans la ville de Pae où elle a ouvert un refuge pour éléphants, elle qui est tant passionnée par les animaux et la nature.

Un jour elle fait la connaissance en ligne de Pierre Cantin, originaire de Sainte-Paule, une personne qui donna envie à Jitt d’essayer à nouveau la vie de couple malgré certaines expériences difficiles.

Jitt raconte sa première rencontre avec Pierre : « À son arrivée à l’aéroport de Chai mai, je l’ai laissé attendre 20 minutes. Je l’observais, je voulais voir si ça valait la peine », dit-elle en riant. « Contrairement à tous les autres hommes, Pierre n’était pas du tout romantique ! Mais quand il m’a dit « là où tu dors, je dors » et qu’il a dormi sur le sol de la cabane familiale, alors qu’il pouvait aller à l’hôtel, ça m’a touchée. Il était honnête et vrai. On a beaucoup ri et on rit encore beaucoup ensemble! »

Jitt a accepté de suivre Pierre à Sainte-Paule, malgré sa crainte de vivre dans une municipalité d’à peine plus de 200 habitants. Pierre lui avait dit « attends et tu verras! ». Le temps a effectivement bien fait les choses. Malgré les obstacles des débuts, tout comme le magnifique jardin qu’elle a fait pousser en partant de rien, Jitt s’est cultivée une vie à son image, entourée de son chien et de la nature.

Rédaction : SANAM
Photos en extérieur : Atelier Camion
Autres photos : Gracieuseté de Jitt Sawan

Témoignages en emploi  |  Ils ont choisi La Matanie  |  Qui sommes-nous  Remerciements