FERNANDA VIEIRA PASQUALETTO

Fernanda Vieira Pasqualetto, 38 ans, et son conjoint Joniel sont tous deux originaires de la région de « Rio grande Do Sul » au Brésil. Depuis leur rencontre à l’université, il ne se sont plus jamais quittés et sont maintenant parents de deux garçons de 14 et 11 ans. C’est durant leurs vacances en 2019 qu’ils ont eu un coup de cœur pour la municipalité de Saint-Ulric et ont décidé de s’y établir.

Dès son plus jeune âge, Fernanda chérissait le rêve de vivre à l’international. En 2015, son conjoint Joniel, jusqu’alors réticent à s’éloigner des siens, décide de sauter le pas. Il veut offrir à sa famille une vie meilleure et réussit à obtenir un poste de technicien en informatique dans une entreprise québécoise. Un an plus tard, Fernanda, leurs fils et leurs deux chiens le rejoignent à Montréal pour réaliser ce rêve tant espéré !

Une fois sur place, Fernanda qui avait commencé des cours de français à distance, se cherche un emploi pour parfaire son français. « Je me sens culturellement et historiquement proche du Québec. Je ressens la même fierté et l’envie de protéger ma langue natale que les Québécois. » explique la Brésilienne d’origine.

C’est pendant la pandémie que la famille Pasqualetto est partie à la découverte du Québec, ne pouvant pas voyager au Brésil. « Au début, quand on me parlait du fleuve, je voyais ça petit, mais c’est tellement vaste que ça ressemble à la mer! Ça me rappelle les plages du Brésil et la proximité avec l’eau de ma ville natale, Porto Alegre. C’est le style de vie dont on rêvait secrètement », confie Fernanda.

Aussitôt que les employeurs de Fernanda et de Joniel leur ont donné leur approbation pour qu’ils télétravaillent à temps plein, le « déclic » s’est produit. Ils ont commencé à chercher une maison en région. Quand ils ont sauté dans leur voiture et roulé six heures pour venir à Saint-Ulric visiter une habitation, ils ne connaissaient pas encore la municipalité. Ils sont tout de suite tombés en amour avec son emplacement et la vue majestueuse sur le fleuve. En décembre 2020, ils s’installaient pour de bon dans leur nouveau foyer.

À leur arrivée à Saint-Ulric, en plein hiver et en plein confinement, plusieurs services et activités étaient au ralenti. Pourtant, Fernanda ne s’est pas laissé abattre par ces obstacles. Elle a participé à toutes les activités organisées par le comité des loisirs : ciné-parc, promenade avec le club de ski de fond, etc. Elle a commencé à se créer un réseau et s’est tout de suite impliquée dans les comités de loisirs et de développement.

« Saint-Ulric est une municipalité où ça bouge! On a organisé une marche-café pour la fête des Mères. J’ai cuisiné des bonbons brésiliens et chacun a pu en recevoir. » Pour la fête des voisins en août dernier, on a préparé un barbecue brésilien pour accueillir les nouveaux arrivants » affirme avec fierté Fernanda.

Une chose est certaine, cette Néo-Ulricoise a fait preuve d’ouverture en allant vers les autres. Cathy Clément, membre de l’équipe du journal l’Ulricois, la décrit comme étant une personne « super sympa et déjà pleinement impliquée dans les comités! » Un geste que la communauté ulricoise lui rend bien!

Rédaction : SANAM
Photos en extérieur : Atelier Camion
Autres photos : Gracieuseté de Fernanda Vieira Pasqualetto

Témoignages en emploi  |  Ils ont choisi La Matanie  |  Qui sommes-nous  Remerciements